l’Assistant Vocal – de Google

J’aime la domotique : c’est le contrôle d’objets par la technique. Par exemple :

  • En 1950 il fallait sortir de la maison pour fermer les volets.
  • En 1960 il fallait tourner une manivelle pour descendre chaque volet roulant.
  • En 1990 il fallait appuyer sur un bouton pour actionner son moteur.
  • En 2000 on pouvait programmer une fermeture à 20h
  • En 2010 on programmait une fermeture à la tombé du jour
  • En 2015 on peux dire « Bonne nuit » pour que tous les volets se ferment.

L’assistant Google est un assistant vocal. A quoi ça sert ? Pas grand chose pour les animaux que nos sommes. C’est un logiciel qui est installé en usine sur des appareils, souvent des enceintes de salon et qu’on installe sur son smartphone.

Google vend donc aussi des petites enceintes qui vous entendent en permanence. Mais dès que vous dite un mot magique, « Ok Google » en l’occurrence, elle tendent l’oreille et essaye de vous aider.

L’assistant peut répondre à beaucoup de question « Ok Google, » « combien font 5 x 67 ? », « Donne-moi un nombre au hasard », « lance un minuteur de 3 minutes », ou « quel temps fera-t-il demain ? ». Et des millions d’autres choses. Mais peut aussi interagir avec des appareils compatibles.

Une fois programmé depuis Google Home, il est donc possible d’y associer des objets connectés supportant les ordres de l’assistant. Moi, j’ai un robot Romba i7, le Chromecast branché sur ma télévision et toute ma domotique gérée par Ubiwizz (portail, volets roulants, éclairage, etc.)

Dorénavant, il m’est possible de dire à voix haute, dans ma maison : « Ok Google », puis d’ajouter une action « ferme volets », « ouvre volets du salon », « ouvre (ou ferme) le portail », « baisse le volume de la télévision », « lance de la musique ».

L’application Google Home permet aussi de créer des « Routines ». C’est à dire des scénarios. Par exemple :

  • Lorsque je dis « Ok Google, Bonjour ! », les volets s’ouvrent, la télévision s’allume et met France Musique.
  • Si je dis « Ok Google, JE vais faire une sieste », le volume de la télévision (si elle est allumé pour les autres occupant de la maison) se réduit à 50%, le volet de MA chambre se ferme.
  • Si je dis « Ok Google, ON va faire une sieste », la télévision s’éteint carrément, les volets des chambres se fermes.
  • Si je dis « Ok Google, je sort de la maison », le robot aspirateur va nettoyer, la télévision s’éteint, une lumière du salon s’allume (pour simuler une présence).
  • lorsque je dis « Ok Google, Bonne nuit ! », les volets roulants se ferme et la télévision s’éteint.

Si j’avais une bouilloire ou une cafetière connectée, je pourrait ajouter un démarrage lorsque je dis « Bonjour ». Si j’avais une enceinte connectée dans ma chambre, je pourrait ajouter la diffusion d’une ambiance douce lorsque je dis « Bonne nuit »… Tout est possible…

Une limite actuelle

Les limites du contrôle vocal et de la domotique sont, au jour d’aujourd’hui, encore nombreuses. Elles résident surtout dans la compréhension, par les programmes, des enjeux, de l’espace, du temps, etc.

Par exemple ; pour le moment, aucun programme ne sait qu’une personne fait une sieste dans une chambre. Si je pars faire une course, je dis « je sors de la maison ». Ce qui éteint la musique et démarre mon robot aspirateur, ce qui réveil les endormies… Dans les films de science fiction, le programme me demanderait « je crois qu’une personne dort actuellement, dois-je allumer l’aspirateur ? ».

Ca m’est arrivé aussi, dans un même contexte, qu’en demandant doucement « ouvre le portail », pour ne réveiller personne, la commande vocal comprenne seulement « ouvre », ce qu’il à traduit par « allumer ». Il à donc ouvert tous les volets, les portails, les lumières, la sonnette, la ventilation, la résistance chauffante du chauffage central, en plein été. Tout !

La limite réside donc dans l’absence de garde fou. Le « robot » n’analyse pas, il exécute simplement un ordre, venant de n’importe qui. Il n’a pas de vue d’ensemble. Il ne localise personne, ne demande presque jamais de confirmation. Ce serait pourtant le début d’une véritable conversation. C’est, en tout cas, le type de conversation, de confirmation, qu’on entend dans les films futuristes… Mais oui, il nous faudrait tous un bracelets intelligent, permettant la localisation et l’analyse de nos signes vitaux, pour savoir si on dort, par exemple. Comme dans les films…

16 septembre 2019

J’installe un « Google Home Mini » qui m’écoutera dans mon salon.

2019-09-17 10.24.06

J’installe aussi une barre de son Sonos Beam pour diffuser la musique et le son de la télévision.

2019-09-17 10.23.24

Un premier problème : La barre Sonos Beam dispose de Google Assistant, Génial. Mais je l’ai désactivée… Et j’ai installé le Google Home mini à coté. La raison est qu’elle n’est pas un supo de Google. Si je lui dis « Mets de la musique », l’Assistant qui est dans ses entrailles ne le pourra pas. Car Sonos n’a pas vendu son âme au diable. Il y a un logiciel Sonos qui gère cette partie. Je suis obligé de passer par lui ; sortir mon téléphone, ouvrir l’application, chercher ma musique, la lancer et ressortir mon téléphone dès que j’ai envi de changer de musique, ou autre. Je peux dire « Mets de la musique sur le chromecast », mais je n’aime pas l’ordre.

Alors qu’un appareil de marque Google prendra les ordres pour lui. On peux le configurer pour qu’il envoie toujours la musique sur Chromecast. Alors je n’ai qu’à lui dire « Mets de la musique » et il l’envoie sur le Chromecast.

Une logique de machine

Bien que Google ait fait le maximum pour que n’importe qui puisse paramétrer l’assistant, il est indispensable d’avoir un esprit qui comprenne comment une machine analyse nos ordres.

Par exemple, j’avais un volet que j’avais appelé « Volet salle de bain » et que j’ai placé dans la pièce « Salle de bain » de la « Maison ». Lorsque je lui demandais « fermer volet salle de bain », il ne faisait rien. Tout simplement parce qu’il cherchait à « fermer » le « volet salle » de la pièce « bain ». Il n’existe pas celui-là ; alors j’ai renommé tous mes volet en « Volet » sauf dans le salon où j’ai un « Volet 1 », 2 et 3.

Pareil pour mon Sonos que le fabricant a appelé « Sonos TV Control Salon » en usine. Difficile à Google de le distinguer de ma « Télévision ». Comme ce nom n’est pas modifiable, j’ai renommé ma « Télévision » en « L’écran ».

J’ai aussi renommé plusieurs de mes appareils : « Aspirateur » est devenu « L’Aspirateur », « Ecran » est devenu « L’Ecran ». Il n’y a pas trop d’intérêt, il faut juste penser à bien le programmer dans les logiciels. Le seul intérêt c’est que l’Assistant ne dira plus « Je met de la musique sur Ecran », mais plutôt « Je met de la musique sur l’écran », ce qui est bien plus chouette, moins robotique.

« L’écran » que j’avais précédemment appelé « Chromecast ». Mais lorsque l’Assistant prononce en français, il prononce le « CH » à la française… Pareil pour « Sonos » qu’il prononce « Sono ». Autant dire que même les appareils avec des noms étrangers, il a du mal…

La logique « machine » va loin. Parce que je m’appelle « Joseph ». Il disait donc « Joseph » dans certain cas, alors que nous sommes 4 à la maison et que je suis susceptible de ne même pas être là. Alors je me suis renommé « Les P’tit Loups ». Ou bien trouver un petit surnom à la fois singulier et pluriel, par exemple « Tête de mouton » ; une référence à la série « Dragons » que mes enfants adorent. « Bonne journée, têtes de mouton » ou « Bonne journée, tête de mouton » se prononce pareil.

17 septembre 2019

Je rencontre un problème de configuration, dorénavant réglé. J’ai 8 volets roulant dans ma maison. Si je dis « ferme volets » à Google Assistant sur mon téléphone, il ferme les 8. Si je dis « ferme volets » à mon Google Home Mini, il ne ferme que les 3 du salon. Je n’ai donc aucun moyen de fermer tous les volets de la maison avec l’assistant configuré de cette façon.

Et c’est pour une « bonne » raison, encore une logique de machine : Mon téléphone n’est pas installé dans une pièce en particulier, il peut être n’importe où. Alors si je ferme les volets, c’est les 8. Alors que mon Google Home Mini est installé dans la pièce « Salon ». Alors il considère qu’il ne gère que les appareils présents dans cette pièce. Par contre, si je lui dis « ouvre le portail », il ouvrira bien celui du « Jardin », car il n’y en a pas dans « Salon ».

Alors pour régler le problème, j’ai déplacé mon Google Home Mini dans « Cabanon ». Dans le logiciel seulement, bien entendu. Comme il est tout seul dans cette pièce virtuelle, pas de volets, si je « ferme volets », il fermera les autres, les 8. Youpi ! Problème réglé !

Ce qui ne m’empêche pas de lui dire « Ferme volets du salon » ou même « Ferme volet 1 du salon »…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s