Fontaine à eau pour chat et chien – la « Original Fountain » de Drinkwell

Achetée à Jardiland pour une quarantaine d’euros il s’agit d’une fontaine à eau pour chat ou petit chien.

L’un de mes trois chats aimait monter sur l’évier  de la salle de bain pour venir boire au robinet lorsqu’on l’utilisait. Bien que ce soit assez amusant et ne manquait pas de faire parler les invités, c’était parfois assez pénible.

Nous avons donc chercher une fontaine dont l’eau restait en mouvement. Produit très chouette dans cet optique.

Le filtre à charbon changeable est aussi une bonne idée. Nous le changeons peu souvent, entre 2 et 4 fois par an lorsqu’on y pense.

L’appareil étant un peu bruyant lorsqu’il est dans une pièce à vivre, nous l’avions branché un temps sur une prise commandé par l’interrupteur de l’éclairage de la salle de bain. Dans notre nouvelle maison, la fontaine est connectée à un minuteur journalier. Elle sert donc aussi d’horloge, car elle est programmée pour couler seulement une demi-heure avant le 10h, le déjeuner, le gouter et le diner. Bien suffisant.

Même lorsqu’elle ne coule pas, les chats viennent boire sans problème.

Publicités

Scie à Chantourner – La « Deco-Flex » de Scheppach

Acheté à 209 € par ma mère chez Leroy Merlin Chartres, c’est un cadeau. Merci 🙂

Le poids important du carton, puis de la scie à chantourner qu’on en sort, laisse penser à un produit de qualité. La base et le plateau est en fonte ou fonte d’aluminium et donne une vrai impression de robustesse.

Le carton protège très bien l’ensemble et la quantité l’accessoire est impressionnant.

Pourquoi ne pas avoir ajouté 2 ou 3 lames de plus et/ou une lame ronde sans ergot (lisse) ? Étrange…

La petite « soufflette » qui évacue la poussière de bois est vraiment chouette.

La lampe est une bonne idée mais ne s’allume que lorsque la machine est en marche. On doit donc se préparer « dans le noir ». Pourquoi pas un petit bouton pour la lumière seule ? Aussi, l’ampoule à filament vendue avec est d’un autre temps…

Difficile de bien voir le logement bas dans lequel placer la lame à ergot. Après avoir bien lutté les premières fois, j’ai découvert qu’il était possible de retirer le cache du bas pour faciliter cette mise en place. C’est bien mieux 🙂

Les lames avec ergots vendus avec ce produits sont un peu large, ce qui fait qu’il est assez difficile de faire des virage serrés. J’ai donc fait l’achat de lames moins larges. Le résultat est bien mieux maintenant. Il est même possible de faire des angles droits sans trop que ça se voit.

 

La Brasure Forte

Contraint d’apprendre cette technique pour réaliser une partie de l’installation de mon poêle bouilleur, j’achète une Lampe à souder Soudogaz X2000PZ de Campingaz.

J’entreprend alors de faire un petit raccord test pour rallonger un tuyau en cuivre existant, puis un coude permettant d’acheminer l’eau vers mon poêle hydraulique qui se trouve derrière le mur.

Même si l’objectif était de réaliser un simple coude sur un tuyau de 12 mm de diamètre destiné à de l’eau froide, je décide d’utiliser la technique de la brasure forte au cuivre/phosphore.

La brasure tendre à l’étain serait bien plus simple et parfaitement académique pour cette réalisation, mais comme j’envisage de réaliser moi-même une installation de chauffage central, la technique de la brasure forte est fortement conseillée. Je ne sais même pas si c’est faisable en brasure tendre.

La brasure forte est réalisée avec une température de 750 °C, contre 400 °C pour la brasure tendre. Pour une installation de chauffage pouvant théoriquement véhiculer de l’eau à plus de 100 °C, je choisi la brasure forte.

2016-02-06 14.05.41
L’une de mes premières brasures fortes. C’est un peu moche encore.

J’ai fais l’erreur de vouloir directement faire mon coude. Le fameux coude dont j’ai besoin. Je vous conseil de ne pas chercher à réaliser un ensemble utile. C’est de la pression inutile ! J’ai fais une dizaine de soudure à m’agacer en espérant y arriver, sans succès. Je vous invite donc à acheter ou récupérer un tuyau de 1 mètre de petit diamètre ainsi qu’un lot de plus d’une dizaine de manchons ou de coudes sans intérêt pour votre installation et de vous lancer dans la réalisation de votre bricolage qu’une fois la technique maitrisée.

2016-02-06 18.34.06
Mon petit tuyau coudé traversant le mur.

Alors voici comment faire :

  1. Poncez la partie mâle et la partie femelle de l’ensemble à souder, avec de la « toile émeri », une brosse métallique ou même une éponge grattante. L’idée est de rayer sans y déposer la colle d’un papier de verre ordinaire. Pas la peine d’insister. Il faut juste que les pièces ne soit pas trop lisse et qu’elle s’emboîtent sans force.
  2. Si l’une de vos pièces est un peu vielle ou rouillée, badigeonnez de flux décapant en poudre ou en gel. Moi j’en ai mis au début avant de remarquer que ce n’était pas utile lorsqu’il s’agit de soudure cuivre sur cuivre et qu’elles étaient plus jolies sans. Et même super moches avec. A éviter.
  3. Emboîtez les pièces. On dit qu’il faut un jeu de 0,1 mm entre les pièces pour que la brasure pénètre.
  4. Fixez l’une des deux pièces à un étaux. Le plus courant étant de fixer le tuyaux et non le raccord, le sens de coulé de la brasure n’importe pas. Que le coté mâle ou femelle soit en haut ou en bas ne change rien.
  5. Chauffez vos deux pièces au niveau du joint. L’idée est d’avoir deux pièces très chaude. Dans la flamme de votre chalumeau, il y a 3 flammes : une bleue claire de quelques millimètre à la sortie, une un peu plus longue bleu plus foncée, puis une jaune très longue. Il faut que vos pièces soit chauffées par la flammèche, la dernière flamme jaune, juste après la flamme bleu.
  6. Dès que la partie femelle commence à rougir légèrement, chauffez seulement la partie femelle pour qu’elle devienne rouge cerise. C’est très important qu’elle soit rouge pétante.
  7. Continuez à ne chauffez que la partie femelle de vos pièces et posez votre métal d’apport, les fameuses baguettes cuivre/phosphore.
  8. Le métal va fondre au contact de la pièce rouge cerise et va se faufiler par capillarité, vers le haut ou le bas suivant votre mise en place, entre les deux pièces, en allant vers la pièce la plus chaude. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez chauffez un peu plus la partie mâle pour aider la fonte de la baguette, mais remettez votre flamme sur la partie femelle lorsqu’elle se met à fondre car c’est la chaleur qui guidera la brasure.
  9. Laissez refroidir sans tremper dans l’eau. Puis frottez votre soudure avec un tissu en coton. Un vieux tee-shirt sera parfait.

Quelques erreurs à ne pas commettre et que j’ai faites pour vous :

  • N’utilisez pas un chalumeau monogaz au butane lorsqu’il fait trop froid. En effet, le butane devient gazeux à une température de -0,5°C. Lorsqu’on s’approche de cette température, la pression du gaz n’est pas assez importante et la flamme ne sera pas assez chaude. Inutile de travailler par 10°C, c’est peine perdue. En sortant, le gaz va se décompresser et va refroidir votre bouteille qui va réduire encore la qualité de votre flamme.
  • S’il fait trop froid, ne mettez pas votre bouteille de gaz dans de l’eau chaude. En plus d’être éventuellement dangereux, j’ai testé et j’ai réussi à mettre des micro-gouttelettes dans ma lampe à souder que j’ai du entièrement nettoyer et sécher après avoir consommé une bouteille de gaz entière sans arriver à faire une seule soudure.
  • Votre raccord et votre tuyau ne doit pas contenir d’eau. Pas même une goutte jusqu’à 50 cm de votre brasure. En effet, l’eau va annuler votre travail. La vapeur d’eau d’une goutte qui se situerait à 30 cm de votre brasure pourrait vous pourrir la vie. Vous n’arriverez pas à chauffer assez. Veillez donc à bien essuyer, ou même à passer votre flamme partout pour bien sécher. En préparant mon travail, maintenant je roule un petit morceau de tissu ou de sopalin dans le tuyau afin de boire toutes les gouttes.
  • Ne chauffez pas vos pièces plus de 3 minutes. Si vous n’y arrivez pas dans ce laps de temps, vos pièces vont s’oxyder. Autant arrêter, refroidir et re-poncer tout. Autant mettre du flux décapant cette fois-ci. Soit les pièces sont d’un diamètre trop élevées, soit la température d l’atelier et trop froid, soit vous chauffez avec la mauvaise partie d la flamme.
  • Si votre métal d’apport fait des petites billes, c’est que vos pièces ne sont pas assez chaudes. Pensez « Rouge cerise ».

Comme j’ai beaucoup lutté à réaliser la soudure de plus grosses pièces (de 28mm de diamètre) pour mon chauffage central, j’ai changé ma petite lampe à souder par un poste à souder oxy-acétylénique Roxyflam 500l.

Lampe à souder – la « Soudogaz X2000PZ » de Campingaz

Je l’ai acheté à peu près 25 € chez Bricomarché pour apprendre la brasure forte et réaliser la partie « technique » de mon poêle hydraulique.

PZ pour « piezo », car contrairement à certaine lampe à souder, celle-ci dispose d’un bouton piezo pour allumer la flamme. Pratique.

J’ai un peu lutté avant d’arriver à faire des brasures, mais une fois la technique maitrisée, il faut avouer que c’est plaisant, dans la limite des capacités de cette lampe à souder qui reste un petit modèle.

Pour réaliser mon test sur une petite canalisation de diamètre 12 mm, c’est parfait. Voir 14 ou 16 mm. Mais, même si j’ai réussi à faire une brasure forte, pour les tuyaux en cuivre de diamètre 28 mm que j’ai installés derrière mon poêle, c’est très long…

La possibilité d’utiliser cette lampe la tête en bas une fois qu’elle est bien chaude (au bout de 3 minutes selon le manuel) est bien pratique pour des endroits difficile d’accès. Cependant, compte tenu de la taille et l’équilibre de la bouteille on est toujours très limité par la place que l’engin prend et le positionnement n’est pas toujours très pratique ou tenable longtemps.

La flamme du bruleur X1550 fourni étant un peu large, les brasures sont souvent un peu baveuses, surtout sur des petits tuyaux et lorsqu’on est pas très expérimenté.

2016-02-06 14.05.41
L’une de mes premières brasures fortes. C’est un peu baveux et pas très beau.

Parce que j’ai un peu lutté pour faire mes brasures fortes en plein hiver avec cette lampe au butane qui délivre peu de pression par 10°C, je regrette de ne pas avoir acheté plutôt la Soudotorch X2000 CV PZ de chez Campingaz aussi, qui semble embarquer des cartouches de gaz butane/propane mélangés qui doivent certainement mieux résister aux faibles températures d’utilisation.

J’ai fini par investir dans un poste à souder bigaz oxy-acétylénique Roxyflam 500l pour réaliser mon installation en 28 mm.

Thermomètre intérieur – le « WS7002 » de La Crosse Technology

J’en ai acheté 5, à moins de 5 euros l’unité chez Leroy Merlin, le fabricant est bien « La Crosse Technology » même si l’appareil indique « A+ Life ».

L’affiche indique un chiffre après la virgule. Cette précision pourrait être utile pour une utilisation en intérieur, mais comme mes 5 thermomètres n’indiquent pas la même valeur, ce n’est pas un chiffre destiné à la précision.

2016-03-04 20.39.10
0,3 °C d’ecart

L’intérêt de cette précision réside dans le fait que l’on peut voir la température monter ou descendre. Si le thermomètre passe de 18,6°C à 18,8°C, c’est que la température augmente. Alors qu’avec un thermomètre sans cette précision indiquerait 19°C.

L’étalonnage en usine doit certainement être réalisé vers 21 ou 22°C car les valeurs sont plus semblable vers 20°C (0,3°C d’écart) que vers 17°C (0,5°C d’écart).

Le bouton min/max, que l’on remet à zéro en appuyant 3 seconde, est vraiment très pratique.

Le bouton Celsius/Fahrenheit l’est moins. Pourquoi pas avoir un micro bouton à l’arrière ? Cela relève plutôt d’un paramètre que l’on ne touche plus jamais par la suite.

Mon avis est donc positif. Autant pour le prix que pour la facilité de lecture et la simplicité d’utilisation.

Poste à souder oxy-acétylénique – le « Roxyflam 500L » de Rothenberger

Acheté chez Leroy Merlin pour réaliser la fin de l’installation de mon poêle, j’en ai eu pour moins de 500 € grâce à la carte fidélité du magasin. Il remplacera la petite lampe à souder Soudogaz X 2000 PZ de chez Campingaz que j’avais acheté pour l’occasion, mais qui n’est finalement pas à la hauteur pour ce type de travail.

Ce poste à souder oxy-acétylénique est composé d’un chalumeau, deux détendeurs avec tuyaux, d’une paire de lunettes, de 3 buses de débit différents (63, 100 et 160 litres par heure), d’un chariot et de deux bouteilles, une d’Oxygène et une d’Acétylène.

2016-02-25 17.25.15
Le Roxyflam 500L de Rothenberger

Le Roxyflam est vendu avec deux bouteilles « Air Liquide » S02 pleines. Il faut en suite prévoir de les ramener une fois vide. Le prix de l’échange contre une bouteille pleine est d’environ 66 euros chez Leroy Merlin, 65 € chez mon détaillant. Le poids d’une bouteille n’étant pas très différente pleine et vide, il faut savoir qu’une bouteille d’Acétylène neuve à une pression de gaz comprise entre 12 et 15 bars (j’avais 13 bars lors de mon dernier achat). C’est difficilement précis car ça dépend de beaucoup de paramètres dont les températures de remplissage et de mesure chez vous. C’est 150 bars pour l’oxygène.

Le transport du carton doit se faire droit. Il ne faut donc pas le pencher si vous souhaitez l’utiliser immédiatement. Si vous le penchez lors du transport, il faudra le remettre droit et attendre « quelques heures » avant de l’utiliser sans danger. Étrange qu’il n’expliquent pas trop pourquoi aux bon bricoleurs que nous sommes censés être pour acheter ce genre de truc et que l’indication ne donne pas un nombre d’heures plus précis. Je l’ai donc transporté droit et j’ai attendu le jour suivant. L’acétylène est dissout dans une dose d’acétone pour contrôler son instabilité. En cas de retournement de la bouteille, il faut attendre que l’acétone redescende bien pour ne pas le brûler sans quoi l’acétylène ne sera plus assez dissout et deviendra dangereux car très instable.

Car, étrangement, le carton ne contient pas d’allume flamme. Indispensable et ne coûtant que 5€, étrange de ne pas le livrer avec… J’ai du y retourner car aucune boutique ne vend ça près de chez moi. On peut aussi allumer la flamme au briquet, les pro le font, mais c’est déconseillé car assez dangereux. Surtout au début lorsqu’on n’a pas idée de la puissance de la flamme en fonction de l’ouverture des vannes et du bruit du gaz.

En l’utilisant j’ai remarqué que le détendeur de l’oxygène est un peu défaillant. En effet, il laisse passer l’oxygène jusqu’au chalumeau mais semble se bloquer. Si bien qu’on actionne la mollette pour en ajouter. Quelques secondes après, le détendeur se débloque et envoi une pression très importante, qui peut parfois éteindre la flamme. Maintenant que je le sais, je n’ouvre pas plus la molette du chalumeau et m’attend à ce que l’oxygène se débloque, mais je pense que c’est un défaut unique. Je vais faire avec.

Un chalumeau peut être utilisé pour la soudure ou la découpe de métal. Il faut bien veiller à disposer du nécessaire de protection tel que des gants, des lunettes et des vêtements non synthétique. Ainsi qu’un extincteur ou un point d’eau. Les accidents sont vites arrivés.

Allumage

– On ferme bien les 2 vannes du chalumeau dans le sens horaire.
– On ferme bien les 2 vannes des manomètre dans le sens ANTI-HORAIRE.
– On ouvre les deux bouteilles d’un quart de tour dans le sens anti-horaire. Le manomètre de gauche indique la pression disponible dans la bouteille.
– On ouvre le manomètre de l’acétylène dans le sens HORAIRE pour atteindre 0,2 à 0,5 bar.
– On ouvre le manomètre de l’oxygène dans le sens HORAIRE pour atteindre 1 bar.
– On ouvre doucement la vanne rouge (acéthylène) du chalumeau dans le sens anti-horaire et dès qu’on entend le gaz, un place et on actionne l’allume flamme et le gaz prend feu.- – – On règle la flamme (voir point suivant)
– On regarde que les 0,5 et 1 bar sont toujours bien réglé, on peaufine.

Réglage

Le réglage de la flamme de votre chalumeau est très important. La flamme est composée d’une petite pointe (le « dard » ou « zone primaire »), puis d’une zone plus grande (la « zone réductrice ») et du reste de la flamme (le « panache » ou « zone secondaire »).

Les différentes zones d’une flamme de chalumeau oxyacétylénique :

Flamme-Chalumeau

– Lorsqu’on allume la flamme d’acétylène, il ne faut pas avoir de fumé noir. On baisse le débit de gaz au niveau de la vanne rouge du chalumeau si c’est le cas, ou on augmente le débit juste avant l’apparition de la fumée.
– On ouvre progressivement la vanne bleu de l’oxygène jusqu’à ce que le « dard » et la « zone réductrice » ne fasse presque plus qu’une seule zone.
– Le panache doit être vif et droit, et le dard doit être net, confondu avec la zone réductrice.

Mauvais réglage : La flamme est « oxydante » ; elle est soufflée par l’excès d’oxygène :

Flamme-Oxydante

Mauvais réglage : La flamme est « carburante » ; il y a un excès d’acétylène :

Flamme-Carburante

Bon réglage : La flamme est « neutre » ou « normale » ; le dard est presque confondu avec la zone réductrice et net, le panache est vif et grand. On travail avec la « zone réductrice » :

Flamme-Neutre

Pour augmenter la taille et la puissance de la flamme, on augmente le débit d’acétylène et on augmente progressivement le débit d’oxygène. Pour la réduire, on règle l’oxygène puis l’acétylène. Si on fait l’inverse, dans les deux cas, la flamme s’éteint car soufflée par le volume d’oxygène trop important.

Extinction

– On ferme la vanne bleu du chalumeau pour couper l’oxygène.
– On ferme la vanne rouge du chalumeau pour couper la flamme.
– On ferme les deux bouteilles.
– On ouvre les deux vannes du chalumeau pour vider la pression des tuyaux et manomètres.
– On ferme les 2 manomètres.
– On ferme les vannes du chalumeau.
– Fin

Maintenant, vous pourriez braser !